• " "
Uncategorized

Où sont parlées les langues créoles ?

Une des questions récurrentes dans la créolistique contemporaine d’obédience française tient à l’ambiguïté de la dénomination « créole ». Existe-t-il un créole français, sorte de terme générique qui regrouperait divers dialectes de même nature et plus ou moins mutuellement compréhensibles ou sommes-nous en face, quand on parle de « créoles français », de langues différentes (ou plus ou moins différentes) rassemblées à tort ou à raison sous la même dénomination et difficilement mutuellement compréhensibles ? Il me semble que la réponse se situe entre les deux. Je doute fortement qu’il existe une langue unique appelée « créole » et compréhensible de Haïti dans les Caraïbes jusqu’à Maurice dans l’Océan Indien. Je tends à conclure cependant qu’il existe plusieurs créoles français pas totalement différents et incompréhensibles. Je les appelle des créoles français parce qu’ils sont tous issus de variétés populaires et dialectales du français parlé en France aux 17ème et 18ème siècles, comme en témoigne leur lexique, que ce soit celui d’Haïti, des Petites Antilles françaises, de Maurice ou des Seychelles. Il est entendu cependant que ces créoles français (en particulier le créole haïtien) ont subi des influences phonologiques, lexicales et morphosyntaxiques provenant de plusieurs langues africaines sources, en particulier les langues appartenant à la famille du Niger-Congo.

La référence au français peut donner à penser que seule cette langue européenne a contribué à la formation de ces langues appelées créoles. En fait, il n’en est rien. Il faut rappeler fortement ici que les langues créoles sont issues de deux phénomènes historiques extrêmement importants dans l’histoire de l’humanité survenus entre le 16ème et le 18ème siècle : l’expansion coloniale européenne et la traite des Noirs. Plusieurs autres nations européennes ont participé à ces événements historiquement marqués : L’Espagne et le Portugal qui les ont initiés mais aussi la France, l’Angleterre et la Hollande. Il y a donc des créoles français mais aussi des créoles anglais, portugais, espagnols et néerlandais. Parler de langues créoles, c’est se référer à l’une de ces langues car ce sont elles qui constituent les langues créoles classiques. Où sont-elles parlées ? C’est ce que nous allons voir aujourd’hui.

Commençons d’abord par les créoles français. Ils sont parlés dans l’aire américano-caraïbe : en Haïti, dans les Antilles françaises (Martinique, Guadeloupe) et en Guyane, ces trois territoires formant ce qu’on appelle les DOM (Départements français d’Outre-Mer), dans les îles de la Dominique et de Sainte-Lucie, mais aussi en Louisiane, aux États-unis. Ils sont aussi parlés dans quatre îles de l’Océan Indien : Maurice, la Réunion, les Seychelles et Rodrigues.

Le créole haïtien appelé « kreyòl » est le plus connu et le mieux décrit des créoles français. Depuis 1987, il coexiste avec le français en tant que langue officielle d’Haïti. C’est aussi le créole qui est parlé par le plus grand nombre de locuteurs natifs (10 millions en Haïti et dans la diaspora haïtienne) dans le monde. Langue semi standardisée, il est doté d’une littérature de plus en plus florissante et a pénétré dans tous les domaines de la vie nationale (éducation, médias, religion, politique…).

Les créoles anglais sont aussi parlés dans la zone américano-caraïbe : à la Jamaïque, à Trinité et Tobago, en Guyane, à Grenade, aux Barbades, à Antigua, St. Kitts, Montserrat, St. Vincent, Suriname (Saramaccan et Sranan Tongo), mais aussi en Caroline du Sud et la Georgie, aux États-unis, dans une région habitée par des Noirs américains connus sous le nom de « Geechee » parlant un Créole anglais appelé « Gullah ».

Le créole jamaïcain est le plus connu et le plus représentatif des créoles anglais. Il est connu sous le nom de « patois » (patwa) en Jamaïque. Le mot « patois » est un mot français plutôt péjoratif qui est employé pour désigner la parole « d’hommes qui sont nés lourdauds ou n’ont pas reçu d’éducation » (J. Fourquet : le Langage, 1968). A la Jamaïque, il véhicule les associations dévalorisantes et le manque de prestige qui caractérisent les parlers ruraux ou régionaux non-standard. Cependant, depuis les années 1980, le créole jamaïcain a fait des avancées profondes dans la société jamaïcaine. Selon la linguiste jamaïcaine, Pauline Christie (1998), « In Jamaica, Creole is being used more and more on radio, for example…In the theatre, too, the use of Creole is no longer designed primarily for comic effect. Locally written and produced plays have multiplied and in them the characters use language which is sociolinguistically real. » (A la Jamaïque, le Créole est de plus en plus utilisé à la radio, par exemple…Au théâtre aussi, l’usage du créole n’est plus utilisé d’abord pour des effets comiques. Les pièces de théâtre écrites et produites se sont multipliées et dans ces pièces les personnages utilisent la langue réelle sur le plan sociolinguistique. ) (ma traduction).

Les créoles espagnols sont assez rares. Le mieux connu d’entre eux demeure le Papiamento, langue officielle des îles Aruba, Bonaire et Curaçao dans les Caraïbes. Le Papiamento est une langue créole dérivée soit du portugais ou de l’espagnol qui a reçu de fortes influences lexicales de langues africaines, de l’anglais et des langues natives Arawak. Le débat sur les origines du papiamento a toujours été très vigoureux. La majeure partie du lexique du papiamento provient de l’espagnol et du portugais mais la plupart du temps l’origine réelle n’est pas vraiment identifiable à cause de la grande similarité entre les deux langues ibériques et les adaptations qui ont été faites par le papiamentu. Aux Antilles néerlandaises, le Papiamento a été promu au rang de langue officielle le 7 mars 2007. (Wikipedia).

Les créoles néerlandais ont pris naissance dans les Amériques et en Asie du Sud-est à la suite de l’expansion de la puissance maritime hollandaise au 17ème siècle mais ils ne sont plus parlés aujourd’hui. Les plus connus étaient parlés dans les îles Vierges (Negerhollands) et en Guyane (Berbice et Skepi).

La semaine prochaine, je présenterai en détail la langue créole qui est parlée par le plus grand nombre de locuteurs dans le monde : le créole haïtien.

Contactez Hugues St. Fort à : [email protected]

Haitian Times

Haitian Times

The Haitian Times was founded in 1999 as a weekly English language newspaper based in Brooklyn, NY.The newspaper is widely regarded as the most authoritative voice for Haitian Diaspora.
Haitian Times
May. 05, 2012

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *